27/04/2013 – Honneur et Respect, Messieurs Dames la Société !

mimi1

Mimi Barthélémy, notre amie, nous a quittés le 27 avril...

Elle était en plein travail pour la reprise de son spectacle LE CODE NOIR ET SES MUSIQUES qu'elle avait joué l'an dernier avec le talentueux guitariste Amos Coulanges. Conteuse, chanteuse, dramaturge et écrivaine, Mimi nous a quittés  en plein élan,  en pleine création, avec mille projets en tête.
 
Mimi Barthélémy et Amos Coulanges en 2012

Mimi Barthélémy et Amos Coulanges en 2012

 
Engagée, chaleureuse et exigeante, Mimi Barthélémy était une citoyenne du monde, une éternelle voyageuse qui a roulé sa bosse  partout : en Amérique du Sud, au Skri Lanka, aux Antilles, au Maghreb ou en Europe. En 1979-1980, au Honduras, elle a contribué, à travers un spectacle, à la réhabilitation de l'histoire des Garifunas, des Indiens Caraïbes noirs qui avaient tout oublié de leur passé à cause de la déportation de leurs ancêtres au 18ème siècle.
 
Haïti était présente dans chacun des spectacles de Mimi Barthélémy. Elle puisait dans les contes et les mythes de son pays et a su imposer un style bien à elle. Comment pourrait-on l'oublier, elle qui interprétait si bien les plus belles chansons du patrimoine comme LARTIBONIT Ô ou ADIEU FOULARDS... Acquise à l'idée de sa responsabilité d'artiste dans le combat contre toutes les formes d'oppression et pour toutes les émancipations, Mimi Barthélémy exprimait, avec passion, élégance et profondeur, la culture et les souffrances mais aussi l'espoir toujours vivant du peuple haïtien. Dans le sillage de  Toto Bissainthe elle n'a cessé de perpétuer le riche patrimoine oral d'Haïti, tout en le vivifiant par son inventivité et par un subtil métissage linguistique créole/français. Elle a marqué d'une empreinte indélibile ce beau métier de conteur.
 
mimi-salondulivreouessant
 
Intervenant souvent dans les médias, la chanteuse, conteuse et interprète a porté ses messages dans les festivals, les salles de spectacle, les bibliothèques mais aussi dans des lieux de détention ou dans des hôpitaux. En août 2004 nous l'avions retrouvée au 6ème Salon international du livre insulaire de Ouessant où elle était invitée avec une forte délégation haïtienne dont Gary Victor, Dany Laferrière, Jean Métellus, Kettly Mars, Louis-Philippe Dalembert, Dominique Batraville et Rodney Saint-Eloi, sans oublier Chantal et André Haize. Haïti était à l'honneur du 20 au 21 août avec des expositions, notamment une consacrée à Toussaint-Louverture et une série de conférences sur le thème "Deux siècles de littérature haïtienne". Et bien sûr Mimi Barthélémy qui présentait le soir son spectacle de contes devant une salle comble et captivée.
 
Son œuvre est riche et variée : contes, pièces de théâtre, nouvelles. Elle avait toujours la préoccupation de s'adresser aux plus jeunes de façon précise  mais aussi ludique : en 1985 L'ORANGE MAGIQUE, en 1989 LA REINE DES POISSONS  qui lui a valu le Becker d'Or, en 1992 LA DERNIERE LETTRE DE L'AMIRAL, prix Arletty, en  1994 TEZIN : LE POISSON D'EAU DOUCE, en 1995 CONTES DIABOLIQUES D'HAÏTI, en 1999 HAÏTI, LA PERLE NUE écrit avec Gérard Barthélémy, en 2004 GWODADA LE MONSTRE, en 2006 SOLDATS-MARRONS et en 2011 CONTES D'HAÏTI. L'album-CD DIS-MOI DES CHANSONS D'HAÏTI a été couronné en 2007 par l'Académie Charles-Cros. En décembre 2011 elle présentait avec sa compagnie "Ti Moun Fou" sa création KOUTE CHANTE au théâtre d'Ivry.
 
Mimi Barthélémy venait à Jacmel dès qu'elle le pouvait, avec Guillermo ou seule, au gré de ses tournées et de ses spectacles et passait de longs instants au CAP. Les élèves qui ont eu la chance de la rencontrer et d'assister à ses représentations ne l'oublieront pas. Sa voix reste à jamais gravée dans leur mémoire.
 
 
 
 
 
Pour en savoir plus sur Mimi Barthélémy :


Mimi Barthélémy, « La chenille, la chrysalide... par ileenile